Logo de Saxifrage – Journal casse-pierres du coin

Saxifrage n°4

Photographie de Ariane Ruebrecht

Éditorial

À en croire les Pages blanches, il y a, parmi les patronymes recensés dans le Tarn, plus de Garcia que de Puech, plus de Goncalves que de Carcenac. Certains voudraient voir ce département replié sur lui-même, et se réjouissent sans doute que progressivement l’Europe ferme ses frontières aux réfugiés fuyant les guerres et la mort – cette même Europe qui aimerait en sous-traiter la gestion au sinistre président de la Turquie, lequel monnaye sa collaboration pour mieux faire accepter le virage totalitaire qu’il impose à son pays. D’autres s’organisent pour accueillir chaleureusement des réfugiés à Saint-Antonin-Noble-Val, ou se retrouvent à Toulouse pour une soirée de soutien à la révolution syrienne.

Dans le n° 3, nous relations comment des Tchétchènes avaient été cachés de nombreux mois dans le Tarn pour leur permettre d’acquérir le droit au séjour. Ce qui constitue aussi le Tarn, ce sont ces travailleurs polonais, italiens, espagnols venus bosser dans les mines de Carmaux, dans les usines de Graulhet ou comme charbonniers en forêt de Grésigne. Le Tarn, c’est encore les républicains espagnols fuyant le franquisme. Les harkis rapatriés en urgence d’Algérie en 1962. Des Maghrébins, des Portugais, et tant d’autres, invités à faire tourner les usines. Des Latino-Américains ou des Kurdes fuyant les dictatures.

Aujourd’hui, certains sont de nationalité française. Mais d’aucuns leur demandent d’avoir une identité, une seule, une identité… nationale. La France, ce n’est pas ça. La France, terre d’immigration, est une mosaïque d’identités variées, et c’est ce qui fait sa richesse. Chaque individu a dans son histoire familiale des « étrangers ». Il peut l’occulter, et être plus français que les Français en rejetant les immigrés plus récents. Il peut aussi ne pas oublier qu’il est fait de multiples identités. Ça le rendra plus humain, plus modeste, plus fort, plus sensible.

Certains voudraient que le Tarn soit comme ces grandes cultures de maïs qui uniformisent ses plaines. Quant à nous, non seulement nous nous réjouissons de la biodiversité culturelle que nous amènent ces femmes et hommes qui ont dû quitter leur pays, mais nous n’oublions pas non plus que la Constitution de 1793 stipulait en son article 120 que le peuple français donne asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté, et le refuse aux tyrans.


Au sommaire

Articles consultables en ligne

Articles consultables en version papier

Jean-Pierre Cuq, De l’asile à l’exil (p. 1)

Jean-Pierre Cuq, Balance et roule (p. 2)

Valéry, Le monologue social (p. 2)

Jean-Philippe Cambie & Aurore Lerat, Cartes sur Table (p. 3)

Boris Vézinet & Jean-Pierre Cuq, Qui vivra verrat (p. 3)

Jikabo, Macronnerie (p. 3)

Claire Dujardin, Good bail ! (p. 4)

Jean-Pierre Cuq, La cinquième République est olympique ! (p. 6)

Guip & Cristo, Solde de tout conte de nos contrées (pp. 6-7)

Jean-Côme Charpentier, Les maths, ça sert à rien (p. 7)

Charlotte Lambert, Il va y réfléchir (p. 8)

Saxifrage ne vit que de ses ventes.
Pour le lire en version papier et nous soutenir, n'hésitez pas à vous abonner.


Le comité de rédaction est composé de : Aurore Lerat, Boris Vézinet, Charlotte Lambert, Jean-Philippe Cambie, Jean-Pierre Cuq, Jikabo, Stromboli, Vincent Laborde.

Ont également participé à ce numéro : Ariane Ruebrecht, Claire Dujardin, Claire Kachkouch-Soussi, Cristo, E1000, Eric Habourdin, Gianluigi Wrzyszcz, Guip, Ilya Green, Jean-Côme Charpentier, Michel Caïetti, Nicolas Rigaud, Pierre Druilhe, Renaud Bidault, Sylvain Trabut, Valéry.

Directeur de la publication : Charlotte Lambert

Tiré à 1200 exemplaires sur les presses de l’imprimerie Portier, à Albi.

La rédaction de Saxifrage sera heureuse de recevoir vos propositions de textes, de photos, de dessins et de sons.

Haut de page ▲

Association Saxifrages Universelles
BP 40112 - 81604 GAILLAC Cedex


contact@saxifrage.fr