Logo de Saxifrage – Journal casse-pierres du coin

Saxifrage – Numéro 18

Photographie de Ar

Éditorial

La Saxifrage que vous tenez entre les mains est une survivante. Nous croyions l’avoir achevée lors d’une séance de bouclage le 16 mars, prête à partir chez l’imprimeur, avec une sortie fixée au 28 mars – mais, le soir même, vous vous souvenez : assignation à résidence d’un comité de rédaction itinérant, confinement d’un journal sans bureaux, gestes barrières élevés entre nous et notre imprimeur, nos diffuseuses, nos abonnés, nos lectrices. On a remis à des jours meilleurs notre numéro 18 en papier et tout son contenu.

Entretemps, Saxifrage s’est essayée à la parution en ligne de son canard confiné. Le cahier qui accompagne ces feuilles en restitue un bon échantillon. Votre irrégulomadaire à épaisseur variable avait déjà connu pareille excroissance lors de sa dixième édition en février 2018, avec un supplément consacré à Vintimille. Le « grand moment de confinitude » que nous venons de vivre, que nous sommes en train de vivre, ne méritait pas moins.

Et voilà qu’à présent, plus tenace que le gentil muguet du joli mois de mai, le dix-huitième journal casse-pierres ressurgit du confinement, avec le sommaire de mars, un brin allégé, chouïa toiletté. On a resserré son contenu initial sur le dossier consacré aux expériences municipalistes, puisque municipales il y a – saison 2, Le retour du second tour, le 28 juin. Ne pouvant choisir entre l’actualité proche et l’urgence récente, entre la commune et le corona, Saxifrage se déconfine donc au four antiviral et au moulin municipal.

Certes, concernant cette actualité imminente du dossier municipaliste, il ne vous a pas échappé que, depuis notre bouclage en mars, s’est tenu un premier tour bizarre avec un taux d’abstention record. Des résultats définitifs sont tombés dans 86 % des communes (surtout les plus petites). Du reste, en la matière, celles dont il est question dans ces colonnes ne sont pas logées à la même enseigne. Tandis qu’à Moulayrès, les onze sièges ont été pourvus dès le premier tour et le nouveau conseil est en place, à Vaour il reste un siège à pourvoir et le processus électoral du village (307 inscrits) est par conséquent suspendu, tout comme dans la plupart des grandes villes.

Mais cette très relative inactualité – au sens où ces articles ont été pensés et écrits avant le confinement, sans même l’avoir imaginé – leur donne, en creux, une justesse contemporaine : voilà des discours sérieux qui négligent (bien malgré eux) ce qu’il est dorénavant devenu impossible (parfois à tort) de négliger. C’est un regard intempestif.

L’actualité du dossier municipaliste s’impose même, rétrospectivement, avec davantage d’acuité qu’au mois de mars. Qu’on pense aux responsabilités sanitaires, logistiques, judiciaires que la crise inédite que nous traversons fait subitement peser sur les conseils municipaux, les sortants et ceux, non encore intronisés, fraîchement élus, qui se portèrent candidement candidats dans le monde d’avant le Covid. Qu’on songe également au repli local qu’a imposé le confinement en zone rurale, circonscrivant les déplacements, les achats, les services à un périmètre rétréci, redonnant à l’échelle de la commune une pertinence nouvelle. Qu’on rêve enfin à ce qu’aurait pu être le vécu collectif du confinement, comme expérience politique, microsociété, utopie concrète, si on l’avait pratiqué à l’échelle d’un village plutôt que celle de la famille nucléaire, du ménage, de la sphère domestique, du petit chez-soi connecté. Et si le coronavirus devenait l’allié objectif du municipalisme ?


Au sommaire

Articles consultables en ligne

Articles consultables en version papier

Rémi, Insurrections municipales ? (p. 2)

B. Holderlé, Démocratie : mode d’emploi (p. 3)

Laurent, Avec le sérieux des enfants qui jouent (p. 3)

Rémi, Le communalisme (pp. 4-5)

Rodolphe Roquères l’Aveyronnais, Parce qu’il le faut bien (p. 4)

Zoé & Anatole, Prise de pouvoir ou prise de tête ? (p. 5)

Jikabo, Soyons furtifs ! (p. 6)

Patrice K, Profession de foi (p. 6)

Saxifrage ne vit que de ses ventes.
Pour le lire en version papier et nous soutenir, n'hésitez pas à vous abonner.


Saxifrage #18 - juin 2020

Le comité de rédaction est composé de : Boris Vézinet, Chachayver, Jean-Pierre Cuq, Jikabo, Valéry.

Ont également participé à ce numéro : Ar, B. Holderlé, C. Sénégas, Charlotte Lambert, Claire Cordel, Dominique Roux, La horde du contretemps, Laurent, Mass, Mathu CK, Nicolas Rigaud, Patrice K, Rémi, Sarah, Stúre Polisson, Zeugma, Zoé & Anatole.

Directeur de la publication : Jean-Pierre Cuq

Tiré à 1000 exemplaires sur les presses de l’imprimerie Portier, à Albi.

La rédaction de Saxifrage sera heureuse de recevoir vos propositions de textes, de photos, de dessins et de sons.

Haut de page ▲

Association Saxifrages Universelles
BP 40112 - 81604 GAILLAC Cedex


contact@saxifrage.fr