Logo de Saxifrage – Journal casse-pierres du coin

Saxifrage – Numéro 24

Jikabo

Éditorial

N’empêche, t’as pas l’air con quand ça fait deux ans que tu mobilises le champ lexical de la guerre pour faire la peau à une contagion virale, et qu’une guerre en chair et en os pointe le bout de son obus. T’as pas l’air con, avec ta communication, ton pouvoir d’exception, ton surcroît d’autoritarisme, d’avoir encensé le front du soin, la guerre sanitaire, la mobilisation générale, d’avoir donné dans le couvre-feu, dans la propagande et les restrictions des libertés, t’as pas l’air con, maintenant, de proposer, à ceux – soi-disant tes amis – qui prennent les bombes, le feu, la mitraille et la fuite… un couloir humanitaire. Tragi-comique du chefaillon de chez Rothschild, qui entre en guerre pour fourguer de la piquouse, et se pique d’un couloir humanitaire quand il pleut des bombes.

Certes, l’obus n’est pas le virus, et d’abord ils n’ont pas les mêmes effets secondaires. Mais quand même : le quidam spectateur, perfusé d’actualité, entre un choc sanitaire sans fin et une guerre en armes, aurait bien pris deux jours de rien. Un cessez-le-feu dans sa tête. Hélas, la crise compose maintenant son milieu de vie, tout comme la bouillie informationnelle. Fait curieux : la guerre, malgré son éternel retour, ou plutôt sa continuelle présence, ne manque jamais de ressusciter l’émoi merveilleux du constitutionnaliste offusqué : le droit international n’est pas respecté !, les civils sont pris pour cible, ainsi que leurs édifices !, des journalistes disparaissent !, les gestes barrières ne sont plus respectés ! C’est bien sûr insupportable. Mais il faut dire à ces messieurs-dames qu’une « guerre propre » ne saurait exister. Si deux pays pouvaient trancher un différend en s’accordant sur le droit international et en respectant les innocents, le CIO pourrait supplanter l’ONU, et on appellerait ça un match. Mais non. La guerre s’en prend aux innocents, elle est, comme disait Valéry (pas le nôtre, Paul), un éternel « massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas ».

L’impérialisme n’a pas de cesse. Comme le reste : nous l’ignorions sans l’ignorer, bercés par un programme d’Histoire bien foutu. Éducation civique au poil. Les peuples, appelés par la Nation, vivent dans son Histoire, qui à tous leur intime d’en être les vainqueurs. Mais les vainqueurs sont d’abord ceux-là « qui se connaissent », et qui rédigent les manuels. D’où, peut-être, cette réaction de CHA lors de notre dernière réunion : « Moi Poutine, je m’en occuperai quand il aura franchi le panneau Carmaux ! » Position provocatrice et discutable, pour qui ne considère pas l’obus comme le virus. Mais position réaliste, si l’on considère le pouvoir réel que nous avons sur le cours des choses. Car enfin !, on n’arrive même pas à s’occuper de la commune.

Cette frasque peut aussi vouloir dire : mieux vaut accueillir les déserteurs et les réfugiés – et pas juste les Ukrainiens – que d’agiter ses bras dans la lumière de la télé. « La race, ce que t’appelles comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les Français. » (Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932).

Les vaincus des quatre coins du monde.


Au sommaire

Articles consultables en ligne

Articles consultables en version papier

Jikabo, La peur de son ombre - Saxifrage n° 24 (p. 1)

Valéry, Des nudges dans le cerveau - Saxifrage n° 24 (p. 2)

Jikabo, Des chiffres, des lettres et des hommes - Saxifrage n° 24 (p. 2)

Vinyle Raboté, Étudier par drone - Saxifrage n° 24 (p. 3)

Vinyle Raboté, L’agentivité de la tondeuse - Saxifrage n° 24 (p. 3)

Morice, Elyze et moi - Saxifrage n° 24 (p. 4)

Morice, Boîte noire - Saxifrage n° 24 (p. 4)

Romain Jammes, Mise à ZAC - Saxifrage n° 24 (p. 5)

Jean-Pierre Cuq, Sous le lisier, la mémoire - Saxifrage n° 24 (p. 6)

Jikabo, Tohu Bohu - Saxifrage n° 24 (pp. 6-7)

Morice, L’armée du salut - Saxifrage n° 24 (p. 6)

Valéry, Le ? - Saxifrage n° 24 (p. 8)

Jikabo, Les familles élastiques - Saxifrage n° 24 (p. 8)

Valéry, Boutures - Saxifrage n° 24 (p. 8)

Saxifrage ne vit que de ses ventes.
Pour le lire en version papier et nous soutenir, n'hésitez pas à vous abonner.


Saxifrage #24

Le comité de rédaction est composé de : CHA, Chachayver, Coquelicot, Djérémaille, Jean-Pierre Cuq, Jikabo, Morice, Valéry

Ont également participé à ce numéro : La Canaillethèque, MU, Romain Jammes, Thierry Gayrard, Vinyle Raboté.

La maquette et la création graphique sont réalisées par : Chachayver, Charlotte Lambert, Ciloup

Directeur de la publication : Jean-Pierre Cuq

N° ISSN : 2428 – 7989

Commission paritaire : 0121G92786

Saxifrage est édité et diffusé par l’association Saxifrages Universelles.

Tiré à 850 exemplaires sur les presses de l’imprimerie Portier, à Albi.

Sorti le samedi 23 avril 2022.

La rédaction de Saxifrage sera heureuse de recevoir vos propositions de textes, de photos, de dessins et de sons.

Haut de page ▲

Saxifrage
BP 80044
81027 Albi Cedex 9


contact@saxifrage.fr

R