J’accuse

Photo : Chachayver

J’accuse Macron et sa clique d’avoir mis la liberté sous la tutelle des armes.

J’accuse Macron et sa clique d’utiliser ainsi ces armes pour terroriser la population.

J’accuse Macron et sa clique de préférer les grenades assourdissantes de désencerclement à la satisfaction de l’intérêt général revendiquée par le peuple de France.

J’accuse les chaînes d’intox en continu de ne pas prendre en compte les violences policières.

J’accuse les chaînes d’intox en continu de taire les cris, les souffrances, les blessures.

J’accuse les forces de l’ordre de se comporter en miliciens d’une minorité qui s’est emparée de l’État.

J’accuse les policiers de se délecter de cet État qui les transforme en mercenaires de la finance.

J’accuse les syndicats majoritaires de policiers de transformer les revendications sociales légitimes en chantage milicien.

J’accuse les syndicats majoritaires de policiers de complicité avec les forces obscures de la violence.

J’accuse Macron, les syndicats de policiers et nombre de CRS et de gendarmes mobiles de violences avec préméditation envers le peuple.

J’accuse Macron, les syndicats de policiers et nombre de CRS et de gendarmes mobiles de cruelles blessures et mutilations gâchant la vie des victimes.

J’accuse Macron, les syndicats de policiers et nombre de CRS et de gendarmes mobiles de ces quelques vies gâchées, méprisables car appartenant à ce qu’ils considèrent comme le bétail humain qu’ils méprisent.

Cette violence permet de maintenir le système d’exploitation nous condamnant nous, salariés, chômeurs, lycéens, étudiants, fonctionnaires, médecins, infirmiers, employés aux travaux forcés pour maintenir le train de vie fastueux de l’ultra-minorité des possédants.

Nous ne l’acceptons plus, nous ne l’accepterons plus. La seule richesse qui vaille est celle que nous partageons équitablement. La sécurité est faite de protection des individus, des citoyens et non celle des exploitants. Nous répondrons à votre violence, d’autant plus sauvage qu’elle est minoritaire, par le rassemblement massif, pacifique, responsable et citoyen de l’immense majorité du peuple. Nous vous encerclerons et nous prendrons les armes pour les briser, sans toucher un seul de vos cheveux. Ce serait tellement plus simple, si avec courage vous mettiez ces armes crosses en l’air pour dire à la clique autoritaire et minoritaire que son game est over et que le nôtre commence. »

Extrait d’un discours prononcé le 27 janvier
lors de la manifestation des Gilets jaunes à Albi

Hits: 212

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.