Logo de Saxifrage – Journal casse-pierres du coin

Saxifrage en correctionnelle

Saxifrage

 de

Notre dernier numéro n’a manifestement pas eu l’heur de plaire à un baron local : Didier Sirgue, dirigeant du circuit d’Albi, nous fait savoir par voie d’huissiers que le dossier que nous avons consacré à son jouet favori, « L’auto mobile du crime », et plus particulièrement l’interview de Pascal Pragnères publiée sous le titre « Un grand prix d’amis », contiennent des « imputations diffamatoires » « portant atteinte à [son] honneur et [sa] considération ». Fichtre ! En vertu de quoi, il réclame 10 000 euros de dommages et intérêts, 5 000 euros supplémentaires, et la publication d’un communiqué rédigé par les soins de ses avocats (élargissant ainsi le spectre de nos contributeurs), dans nos colonnes ainsi que dans celles de La Dépêche du Midi. Voilà qui devrait assurer une publicité inespérée à notre feuille de chou, ainsi que (et c’est là l’essentiel) au fond de l’affaire. Le premier épisode de ce feuilleton judiciaire se déroulera au tribunal correctionnel d’Albi le mardi 2 avril 2019 à 14 heures.

Sans en attendre le verdict, on peut déjà en déduire que Didier Sirgue n’est pas seulement une des plus grosses fortunes du Tarn, mais aussi son hobereau le plus susceptible, au point de réagir là où les Folliot, Valax et consorts avaient jusque-là jugé plus élégant, ou plus sage, de ne pas s’arrêter à nos petits scoops et nos grandes impertinences. Saxifrage a certes déjà eu à subir les représailles de notables ombrageux, de Penne à Albi : ses exemplaires se sont vus retirés de points de vente à Vaour ou à la librairie Attitude, tel collaborateur a pu être tracassé dans ses activités professionnelles ou ses relations de voisinage. Mais c’est la première fois que nos articles contrariants nous valent de comparaître devant la justice de la République.

Dans l’article « Le quatrième pouvoir, les cônes de sécurité et ma meuf » paru dans le n° 13, Saxifrage, avec un brin d’autodérision, s’amusait à imaginer que sa couverture médiatique des containers à verre dans une déchetterie tarnaise n’avait pas été sans effet sur leur accessibilité au grand public. Le quatrième pouvoir, rappelons-le, désigne ce contre-pouvoir que représente une presse indépendante et critique face aux pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, piliers de nos démocraties depuis Montesquieu. Or, il semblerait aujourd’hui que notre chétif quatrième pouvoir saxifragesque fasse la preuve de son humble capacité de nuisance vis-à-vis des potentats au petit pied. Devons-nous vraiment nous en sentir flattés ? À suivre.

La rédaction de Saxifrage sera heureuse de recevoir vos propositions de textes, de photos, de dessins et de sons.

Haut de page ▲

Association Saxifrages Universelles
BP 40112 - 81604 GAILLAC Cedex


contact@saxifrage.fr