Logo de Saxifrage – Journal casse-pierres du coin

Proxémie, conformisme et bricolage

Jikabo

Photo de Mathu CK
Photo de Mathu CK

Paradoxalement, le confinement révèle dans notre société individualiste un sens aigu de l’autodiscipline. Il est stupéfiant de voir combien, en si peu de temps, se sont vues modifiées tant de choses qui caractérisent profondément une société, qui conditionnent inconsciemment notre façon d’y vivre, qui ne s’apprennent même pas, mais nous sont incorporées dès l’enfance par le seul usage de la vie en société. C’est le cas de la proxémie, concept clé de l’anthropologue Edward T. Hall, dans son approche scientifique de la distance physique qui s'établit entre des individus pris dans une interaction. On assiste actuellement à l’incorporation biopolitique de contraintes, appliquées d’autorité à notre proxémie d’animal social, à notre animalité grégaire, qui est fondamentale dans notre rapport à l’espace et aux autres, aux corps des autres, tout comme au sein d’une meute de loups, une volée d’étourneaux, un banc de poissons.

Le nomade massif et transfrontalier (touriste ou migrant), qu’était l’homme moderne jusqu’à peu, est devenu monade. Une monade, c’est, pour le dire vite, une substance imperméable à toute action du dehors, ou une individualité en totalité close, impénétrable aux autres consciences individuelles. L’individu est dorénavant une monade hygiénique, claquemurée derrière ses gestes barrières, entourée de frontières, cernée de limites invisibles. C’est l’extension, à l’entièreté d’un corps, du modèle de la capote anti-SIDA. Un anthropologue spécule déjà sur la fin de la bise. Au moins (qui sait ?), les Aveyronnais vont-ils enfin faire deux poutous, comme tout le monde. Nos us et coutumes latins, faits de contact, de toucher, de proximité, vont en tout cas reculer inexorablement devant une proxémie plus nordique, mi-scandinave mi-nipponne, et ce ne sera pas le moindre des dérèglements climatiques. En attendant, dans les rues de mon village, je me prends à anticiper dès l’horizon le contournement sanitaire d’une mamie surgissant sur le même trottoir que moi – comme quand, plus jeune et plus patibulaire, j’en croisais une au détour d’une rue nocturne, et que je craignais de l’inquiéter bêtement quant à son sac à main. Je passe au large. Elle évite mon regard, on ne sait jamais, la science balbutie encore, peut-être que le Covid-19 se transmet par voie ophtalmique.

Mais le plus fascinant, c’est le zèle que déploient d’aucuns pour, sur ce chapitre, se mettre en règle, et même davantage. L’injonction à se conformer aux prescriptions sanitaires et sécuritaires décuple chez certains le penchant au conformisme, doublé d’une ingéniosité touchante. On voit, un peu partout, de ces obscurs fantassins de la lutte contre l’ennemi invisible, MacGyver du confinement, Géo Trouvetout de la grande cause nationale. Ainsi, dans la boucherie de mon village, le client, maintenu à distance par une chaîne en plastique rouge et blanc, peut apercevoir, de l’autre côté de l’hygiaphone de plexi en toc, une machine à carte bleue insolite, conjuguant connexion internet et loisir du dimanche. Le sabot est fixé, par des élastiques, sur une planche de bois, percée à intervalles réguliers de petits trous, dont certains sont hérissés d’un coton-tige immaculé. Une fois le montant saisi, la caissière dépose la planche et sa machine sur un chariot professionnel en inox, et pousse le chariot jusqu’à la chaîne en plastoc qui retient le client. Si par malheur l’addition excède le montant de 30 euros, qui est le plafond fixé à un paiement sans contact, le client peut alors prélever, entre le pouce et l’index, un de ces mystérieux cotons-tiges à usage unique, pour composer son code, avant de le jeter et de se laver les mains avec la solution hydro-alcoolique dûment placée à côté de la caisse.

Je paie mon filet mignon. Je ressors en le serrant fort contre moi.

Jikabo

La rédaction de Saxifrage sera heureuse de recevoir vos propositions de textes, de photos, de dessins et de sons.

Haut de page ▲

Association Saxifrages Universelles
BP 40112 - 81604 GAILLAC Cedex


contact@saxifrage.fr